Site Loader
Rock Street, San Francisco

En écrivant Vol au dessus-d’un nid de coucou en 1963, Ken Kesey, auteur américain a souhaité critiquer les abus pratiqués dans les hôpitaux psychiatriques. Jeune étudiant, Ken Kemey  finance ses études à la Stanford University en se portant volontaire pour un programme d’expérimentation de drogues à l’hôpital psychiatrique de sa région aux Etats-Unis. Il y est ensuite embauché comme infirmier de nuit. Cette expérience sous « acides » lui inspire ainsi  le roman Vol au-dessus d’un nid de coucou, véritable cri de révolte sur le traitement des malades dans un service psychiatrique.  Cet ouvrage sera porté à l’écran sous le même titre en 1975 par Milos Forman.Résumons rapidement le livre : McMurphy, le personnage principal a un lourd passé criminel (il a été condamné pour des agressions et un viol). Pour éviter la prison, il se fait passer pour fou et est envoyé dans un service de psychiatrie afin de subir une évaluation de ses facultés mentales. Il est placé dans un service dirigé par Miss Ratchet, infirmière très stricte qui met en place des règles de conduite drastiques et utilise des traitements de choc “la lobotomie” pour aliéner les malades et les plonger dans un état léthargique. (La léthargie est un état de sommeil profond et prolongé où de nombreuses fonctions de l’organisme, étant fonctionnelles, tournent au ralenti. Elle s’accompagne généralement d’une absence totale de réponse musculaire et verbale).McMurphy refuse une telle autorité et va créer rapidement une rébellion contre ce système. Il entraîne dans sa révolte les autres patients.Ken Kesey en créant un huit-clos plonge le lecteur dans un questionnement permanent : Qu’est-ce que la folie ? Qu’est-ce que la normalité ? Le comportement imprévisible de l’infirmière révèle sa monstruosité à l’égard de ses patients. Les « malades » expriment la joie, l’énergie, la spontanéité, et finalement la normalité. Pourquoi ne pourraient-ils pas regarder le baseball à la télévision ? Pourquoi ne pas jouer à des jeux d’argent, miser des cigarettes, disputer un match de basket ou aller passer une journée à l’extérieur ? les questionne McMurphy. Ainsi, ce dernier va bousculer la routine immuable et assommante des patients et les amener à réintégrer une normalité.Ken Kesey dénonce dans ce roman l’autorité du système psychiatrique et permet au lecteur de trouver aussi la sympathie et l’humanité dans la vision des maladies mentales.

Post Author: admin

x

Hi!
I'm Eunice!

Would you like to get a custom essay? How about receiving a customized one?

Check it out